Non à la pensée unique ! Oui à la liberté

Bonjour     visiteurs jour : 81     Total clics   :   532479       Sites associés 

Chercher 

Coucou et merci Merci            

Informations et loisirs

       
 
Clics 106

 

Un académicien peu connu : Antoine Houdar de La Motte

Antoine Houdar de La Motte naît le 17 janvier 1672 à Paris. Il y est mort le 26 décembre 1731.

 

C'est un écrivain et dramaturge français qui tint une place importante dans la vie littéraire de son temps par ses écrits et par ses conceptions.

Ce sont surtout deux de ses citations qui sont connues. Voici la plus connue et la deuxième qui illumine la vraie culture et est très belle.

 

C'est un grand agrément que la diversité.

Nous sommes bien comme nous sommes.

Donnez le même esprit aux hommes;

vous ôtez tout le sel de la société.

L'ennui naquit un jour de l'uniformité.    
Fables (1719), Les amis trop d'accord

C'est par l'étude que nous sommes

Contemporains de tous les hommes,     

Et citoyens de tous les lieux.


Ode, XV, à l'Académie française.             

 

 Avec cette phrase, "l'ennui naquit un jour de l'uniformité" il vantait avant l'heure l'intérêt de la diversité culturelle. Avec plus d'élégance que ceux d'aujourd'hui qui confondent, pas toujours mais néanmoins fréquemment, diversité et méthodes arriérées voire barbares méritant d'être abandonnées. Nous citerons l'excision comme exemple parmi bien d'autres pour mettre les points sur les i !  

 

Contemporain de tous les hommes, Confucius, le bouddha Gautamas, Homère, Socrate, Platon, Aristote, Jésus, Shakespeare, Galilée, Newton, Pasteur(1) et tous les autres immortels à qui nous devons tant


En 1693, sa première pièce, la comédie Les Originaux, farce en prose mêlée de vers donnée au Théâtre-Italien, fut un tel fiasco que, déprimé, il pensa un moment se faire moine. Quatre ans plus tard, il connut le succès avec un livret d’opéra, l'Europe galante (1697). Il donna coup sur coup de nombreux livrets d'opéras-ballets, pour des compositeurs tels qu’André Campra, Destouches et Marin Marais. Il introduisit à l'opéra trois innovations : le ballet, la pastorale et la comédie-ballet. Il donna également six comédies qui réussirent moins bien et quatre tragédies dont l’une, Inès de Castro (1723), d'après un sujet tiré de Camoëns, triompha au Théâtre-Français.

 

La Motte était avec Fontenelle l'un des piliers du salon de la marquise de Lambert.

Il partageait absence de préjugé et esprit d’investigation avec avec son ami Fontenelle, celui qui vécut 100 ans et disait que de mémoire de rose on n'avait jamais vu mourir un jardinier. On discutait de la question de savoir si la versification était indispensable à la poésie. On préconisa de revenir à la netteté et à la fermeté de la prose, surtout au théâtre pour des raisons de naturel. Houdar de La Motte mit en prose une scène de Mithridate de Racine dont il assura qu'elle gagnait à ce traitement. Aujourd'hui la question ne se pose même plus, toutes les pièces de théâtre sont en prose. C'était un précurseur; ce qui n'enlève rien aux pièces classiques en vers.

 

Houdar de La Motte discuta également de la validité des conventions du théâtre classique, et notamment de la règle des trois unités : « Je ne prétends [...] pas anéantir ces règles, écrivait-il dans son Discours sur la tragédie ; je veux dire seulement qu'il ne faudrait pas s'y attacher avec assez de superstition, pour ne les pas sacrifier dans le besoin à des beautés plus essentielles. » 

Il est certain qu'avec le cinéma il devint facile de se libérer de l'unité de lieu si commode au théâtre en permettant de construire qu'un seul décor ;-) Néanmoins le film "Le train sifflera 3 fois" respecte ces 3 règles et elles renforcent de façon puissante et obsédante l'atmosphère du drame qui se joue.

 

 

Il versifia, en 1714 la traduction de l'Iliade publiée par Anne Dacier en 1699. La préface de cette traduction contient un Discours sur Homère dans lequel, après s'être livré à une critique en règle de l'original dans laquelle il stigmatise la grossièreté des personnages, la prolixité de leurs discours, les répétitions, les énumérations, etc., il affirme : « J’ai pris la liberté d’y changer ce qui j’y trouvais de désagréable ». En bref : beaucoup d'épisodes sont trop longs, les harangues des combattants hors d'œuvre le bouclier d'Achille paraît confus, et déraisonnablement merveilleux.


Il réduisit de moitié l'ouvrage d'Homère, de 24 à 12 chants, enjolivé et mis au goût du jour. Anne Dacier apprécia peu le procédé et répliqua avec brutalité dans un Traité des causes de la corruption du goût dans lequel elle croyait prendre le ton et le langage d'un érudit du XVIe siècle et ne parvenait qu'à se montrer grossièrement injurieuse. La Motte répondit à son tour dans ses Réflexions sur la critique (1716), dans lesquelles, ranimant la querelle des Anciens et des Modernes lancée par Charles Perrault au XVIIe siècle, il prenait résolument le parti des Modernes. Indépendamment des mérites de cette controverse, il y conserva toujours un esprit et une courtoisie qui contrastèrent très favorablement avec les méthodes de ses rivaux.

 

Fénelon, choisi pour juge de la querelle, mit tout le monde d'accord en déclarant « qu'on ne peut trop louer les modernes qui font de grands efforts pour surpasser les anciens. Une si noble émulation promet beaucoup ; elle me paraîtrait dangereuse si elle allait jusqu'à mépriser et à cesser d'étudier ces grands originaux. »


Élu à l’Académie française le 8 février 1710, il devint aveugle peu après et supporta son infirmité avec stoïcisme. À un jeune homme qui l'avait souffleté parce qu'il lui avait marché sur le pied, il dit ainsi : « Vous allez être bien fâché, monsieur, je suis aveugle. »

 

En 1726, il entretint une correspondance avec la duchesse du Maine dans laquelle – quoique aveugle et perclus de ses membres – il jouait l'amoureux et elle la bergère ingénue. On possède un tableau qui le représente, avec Fontenelle et Saurin, dans le salon de la soeur de Mme de Tencin, cette dernière leur apportant le chocolat.

 

 

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

 

 

(1) La liste de tous les grands hommes ayant apporté beaucoup à l'humanité est évidement impossible à écrire. Vous pouvez contribuer à la compléter en indiquant ci-dessous vos préférés.

Antoine Houdar de La Motte

Vos écrits vous engagent personnellement et ne sauraient engager le site.  Merci de respecter la loi et les personnes. Tout message contrevenant à la loi sera retiré dès qu'il sera signalé.

Votre message -->

Classement
par date
croissante.
décroissante.
Pseudo     Le 22-4-2018.   Titre  


A1274 le 7-9-2011. Un immortel qui mérite d'être connu
Ce chère Houdar de La Motte était en avance sur son temps. j'aimerais retrouver sa version de l'Iliade, j'arriverais peut-être à la lire entièrement ?

 

Total des visiteurs  :    210607   dont aujourd'hui :   81    En ligne actuellement :  1      Total des clics   532479