Non à la pensée unique ! Oui à la liberté

    visiteurs jour : 133     Total clics   :   16257911     La vérité     Au président     Beauté santé     Infos loisirs     Ensemble      Jean      Informatique     Robert-Arlette     Santé corona

Un jour d'épaules nues où les gens s'aimeront (Louis Aragon)

A la poésie, l'art, la musique, la littérature, la sagesse, au romantisme
toutes ces choses qui font que la vie vaut la peine d'être vécue !

Merci. Coucou et merci
 
Clics 35920

  

Louis-Ferdinand Cline Voyage au bout de la nuit

Qui est Cline ?


Louis Ferdinand Auguste Destouches  est n le 27 mai 1894 Courbevoie. Il est mort le 1er juillet 1961 Meudon. Il est connu sous son nom de plume Louis-Ferdinand Cline et sa profession est mdecin.

 

En tant qu'crivain, Cline est considr comme l'un des plus grands auteurs et stylistes de la littrature franaise du XXe sicle aux cts dAlbert Camus, Jean-Paul Sartre ou Samuel Beckett.

 

Sa vie a servi de dcor de son livre voyage au bout de la nuit

 

A 18 ans il rejoint le 12e rgiment de cuirassiers Rambouillet. Il est promu marchal des logis en mai 1914. Son rgiment participe aux premiers combats de la Premire Guerre mondiale en Flandre-Occidentale. Il accompli une liaison risque au cours de laquelle il est grivement bless l'paule. Il sera dcor de la Croix de guerre avec toile d'argent, ce qui lui confrera la Mdaille militaire.

 

Rform il contractera plus tard  un engagement avec une compagnie de traite qui l'envoie au Cameroun surveiller des plantations. Malade, il rentre en France en 1917. Embauch par la mission Rockefeller, il parcoure la Bretagne en 1918 pour une campagne de prvention de la tuberculose.

 

Aprs la guerre, il prpare le baccalaurat puis poursuit des tudes de mdecine. Sa thse de doctorat, La Vie et l'uvre de Philippe Ignace Semmelweis (1924), est considre comme sa premire uvre littraire.

 

Ignace Philippe Semmelweis est un mdecin hongrois, n en 1817.

Jeune mdecin, il travaillait dans une maternit dpendante de l'Hospice Gnral de Vienne, o deux hpitaux se faisaient concurrence. Les accouchements taient assurs par les internes (dont Semmelweis faisait partie) d'un ct, et par les sages-femmes, de l'autre.

Semmelweis se rendit compte que de nombreuses femmes succombaient de fivre puerprale lorsque les internes pratiquaient les accouchements. Il eut alors l'ide d'inverser les quipes des deux hpitaux, afin de dterminer si le lieu d'accouchement tait fonction de la mortalit leve. Son intuition fut juste : les internes taient responsables des fivres puerprales. En effet, ils dissquaient des cadavres et avaient sur leurs mains ce que Semmelweis appellera les particules de la Mort . Il avait ainsi dcouvert le principe de la septicmie et la ncessit de l'asepsie.

 

Lorsque le taux de mortalit a t rduit grce aux pratiques de Semmelweis, les mdecins ont prtendu qu'il s'agissait d'un effet du hasard, et sont alls jusqu' refuser de payer les draps qui auraient pu permettre d'assainir les hpitaux.

 

Cline s'identifie Semmelweis pour trois raisons :

1. Semmelweis est un mdecin touch par la compassion : il est boulevers par la souffrance des malades ;
2. Lintuition qu'a eue Semmelweis est une intuition comparable celle d'un artiste ;
3. La solitude et l'exposition l'imbcillit du monde que Semmelweis a d subir.


Embauch Genve par la fondation Rockefeller qui subventionne un poste de l'Institut d'hygine de la SDN Il effectue plusieurs voyages en Afrique et en Amrique avec des mdecins. Cela l'amne visiter les usines Ford au cours d'un sjour Dtroit  o il est fortement impressionn par le fordisme et plus largement par l'industrialisation. (Voir "les temps modernes" de Charlie Chaplin)

En 1926, il rencontre Genve Elizabeth Crai, une danseuse amricaine, qui sera la plus grande passion de sa vie. Il surnommera l'Impratrice et lui ddiera le Voyage au bout de la nuit.


Cline s'installe finalement Clichy, en 1927. Il affichera sur sa plaque Docteur Louis Destouches, mdecine gnrale, maladies des enfants .

 

Elizabeth Crai le quitte en 1933 pour la Californie o elle  pouse un Juif (ceci explique t-il cela compte tenu du fait que les grands gnies sont souvent anormaux et excessifs dans certains aspects ? ). Retrouve en 1988 elle affirmera qu'elle craignait qu'en perdant sa beaut avec l'ge, elle finisse par ne plus rien reprsenter pour lui.

 

Source Wikipdia l'encyclopdie libre

 

 

Voyage au bout de la nuit

 

Le roman est surtout connu pour son style imit de la langue parle et influenc par l'argot. Il s'inspire de l'exprience personnelle de Cline au travers de son personnage Ferdinand Bardamu. Louis-Ferdinand Destouches a particip la Premire Guerre mondiale en 1914. Il ira jusqu' la qualifier d'abattoir international en folie . Il expose ce qui est la seule faon raisonnable de rsister une telle folie : la lchet. (Alors que lui mme fut mdaill)

 

Cest un rcit la premire personne dans lequel Bardamu raconte son exprience de la premire guerre, du colonialisme en Afrique et de l'Amrique de l'entre-deux guerres.

 

Bardamu a vu la Grande Guerre et l'ineptie meurtrire de ses suprieurs dans les tranches.

 

C'est la fin de son innocence. C'est le point de dpart de sa descente au bout de la nuit sans retour.

 

Il part ensuite pour l'Afrique o le colonialisme est le purgatoire des Europens sans destine. C'est l'Enfer. Il s'enfuit vers l'Amrique de lindustrie avec Ford, du dieu Dollar et des bordels. Il n'aime pas les tats-Unis mais il fit la rencontre de Molly, qu'il aima jusqu'au bout.

 

Bardamu, n'est pas fait pour travailler avec les machines des usines de Dtroit, mais de ctoyer la misre humaine, quotidienne et ternelle. Il retourne donc en France pour terminer ses tudes en mdecine et devenir mdecin des pauvres. Il devient alors mdecin dans la banlieue parisienne et ctoie la misre humaine tout comme en Afrique ou dans les tranches de la Premire Guerre mondiale.

 

 

La vision du monde de Voyage au bout de la nuit  

Bardamu est

Antinationaliste : Le patriotisme est l'une des nombreuses fausses valeurs dans lesquelles l'homme s'gare.
Anticolonialiste : Il qualifie le colonialisme de mal de la mme sorte que la Guerre ; il en condamne le principe et dresse un portrait extrmement caricatural des occidentaux l-bas.
Anticapitaliste : Lors de son voyage New York, puis Dtroit il condamne le taylorisme, ce systme qui broie les individus, les rduit la misre, et nie mme leur humanit .
Anarchiste : plusieurs reprises, l'absurdit d'un systme hirarchique est mise en vidence. la guerre, aux colonies, l'asile psychiatrique... L'obissance est dcrite comme une forme de refus de vivre. Bardamu justifie son envie de dserter quand l'humanit entire approuve la boucherie collective.

 

Ce roman se distingue par son refus total de l'idalisme : l'idal et les sentiments, a n'est que du mensonge . La question de Bardamu est de dcouvrir la vrit, celle qui est biologique, physiologique : celle qui dit que tous les hommes sont mortels, et que l'avenir les conduit vers la dcomposition, l'homme n'est considr que comme de la pourriture en suspens . Cette uvre apparait totalement dsespre.

 

 

Le style de Ferdinand Cline

 

Cline est le crateur d'un style propre, particulirement travaill, utilisant la perfection les rgles de la syntaxe et de la ponctuation et fond sur le langage parl et l'argot mlang des description, en langue crite d'une grande prcision.


L'ide de Cline est que la langue classique, la langue acadmique, celle des dictionnaires, est une langue morte. C'est l'un des tout premiers auteurs agir de la sorte, avec une certaine violence, et ce, dans la totalit de l'uvre. Par ailleurs le langage parl prsent dans ce roman ctoie le plus-que-parfait dans une langue extrmement prcise : l'utilisation du langage parl n'est en rien un relchement de la langue. Le narrateur est plong dans le monde qu'il dcrit, d'o le la,gage de ses personnages, populations des faubourgs parlant argot. Mais en tant que descripteur de l'absurdit du monde, son langage est d'une grande prcision.

 

Si l'argot, les dislocations et autres thmatisations gagnent une noblesse chez Cline, le plus-que-parfait ou le lexique soutenu n'en perdent pas en revanche. Ils se ctoient parfois dans la mme phrase.

 

Sources de Cline[modifier]Ce livre est un roman. Ce n'est pas un tmoignage, ni un documentaire, mme si celui-ci a une allure autobiographique (rendue apparente par l'utilisation rcurrente du je ). D'o la clbre formule de Cline : Transposer, ou c'est la Mort . Cependant, Cline s'appuie sur son exprience professionnelle, de mdecin, comme charg de mission auprs de la Socit des Nations notamment aux tats-Unis et en Afrique. Comme il l'expliquera ensuite : Je m'arrange avec mes souvenirs en trichant comme il faut .

 

Wiki  http://fr.wikipedia.org/wiki/Voyage_au_bout_de_la_nuit

 

 

Rsum du roman


Paris, 1914. Ferdinand Bardamu, jeune rebelle, Envot par la musique d'une parade militaire, dcide de s'engager. Au front, c'est l'enfer et l'absurdit. Il perd son enthousiasme et dcouvre les horreurs de la guerre. Pourquoi doit-il tirer sur les Allemands ? Il prend conscience alors  de sa propre lchet.

 

Lors d'une nuit d'errance, il rencontre un rserviste, Robinson qui cherche dserter. Bless, traumatis jamais par la guerre, Bardamu revient Paris pour tre soign. On lui remet une mdaille militaire. Il fait la connaissance de Lola, une jeune et jolie infirmire amricaine.

Il prend conscience des avantages et profits que tirent de la guerre tous ceux qui y ont chapp.

 

Lola, compagne futile et lgre, le quitte. Il rencontre alors Musyne, une jeune violoniste. Ils ont une aventure. Rform, Bardamu dcide de partir pour l'Afrique. Il y dcouvre les horreurs de l'exploitation coloniale. Il retrouve Robinson, rencontr sur les champs de bataille, et lui succde en reprenant la grance d'un comptoir commercial. Il tombe malade et connat des crises de dlire.

 

Il quitte l'Afrique demi-mort bord d'un btiment espagnol qui a tout d'une galre. Ce bateau l'emmne jusqu' New-York. A son arrive, il est plac en quarantaine . Dans cette ville laquelle, il a tant rv, il ne connat que solitude et pauvret. Il part Dtroit pour y travailler.

 

Il rencontre Molly, une prostitue gnreuse qui le dlivre de l'enfer de l'usine Ford. Molly (variante d'une Elizabeth Crai transforme en protitue pour accentuer le dsespoire de l'oeuvre ?) aime Bardamu , l'entretient et lui propose de partager son bonheur. Mais son dsir d'explorer plus avant l'existence le pousse renoncer cette femme gnreuse. Il quitte les Etats-Unis et revient Paris. Il rentre le cur gonfl et meurtri par toutes ces expriences.

 

Devenu mdecin, mais menant une existence toujours aussi misrable, il s'installe Rancy, banlieue triste et pauvre. Il y dcouvre les cts les plus rpugnants et les plus dsesprants de la condition humaine. Il assiste impuissant la mort de Bbert, un petit garon qu'il aimait bien et que la science ne peut sauver. Puis il se retrouve ml une sordide histoire.

 

Engag comme mdecin dans un tablissement psychiatrique dont le patron est le docteur Baryton. Les deux hommes sympathisent.

Baryton sombre dans la folie et annonce Bardamu sa dcision de partir : " je vais renatre, Ferdinand." Il confie Bardamu la direction de la clinique. Sophie, une superbe infirmire slovaque, est devenue la matresse de Bardamu.

 

Aprs d'autres pripties Bardamu se retrouve la fin seul en bordure d'un canal. " De loin, le remorqueur a siffl ; son appel a pass le pont, encore une arche, une autre, l'cluse, un autre pont, loin, plus loin... Il appelait vers lui toutes les pniches du fleuve toutes, et la ville entire, et le ciel et la campagne, et nous, tout qu'il emmenait, la Seine aussi, tout, qu'on n'en parle plus. "

 

 

Quelques critiques de Voyage au bout de la nuit


Saisissante pope de la rvolte et du dgot, long cauchemar visionnaire ruisselant d'invention verbale, et domin par l'inoubliable figure de Bardamu. Cline fut l'un des premiers vivre et dcrire l'absurdit de la vie humaine. (Gatan Picon, Panorama de la Nouvelle littrature franaise, Gallimard, 1976)

 

La question n'est pas de savoir si la peinture de Cline est atroce mais si elle est vraie. Elle l'est. (Bernanos, Le Figaro, dcembre 1932)

 

Le style de Cline est subordonn sa perception du monde. A travers ce style rapide qui semblerait nglig, incorrect, passionn, vit, jaillit et palpite la relle richesse de la culture franaise, l'exprience affective et intellectuelle d'une grande nation dans toute sa richesse et ses plus fines nuances. Et, en mme temps, Cline crit comme s'il tait le premier se colleter avec le langage. (Lon Trotski, Littrature et rvolution)

 

 

Quelques citations de Voyage au bout de la nuit
Quand on a pas d'imagination, mourir c'est peu de chose, quand on en a, mourir c'est trop.

Le cinma, ce nouveau petit salari de nos rves on peut l'acheter, se le procurer pour une heure ou deux, comme un prostitu.

Faire confiance aux hommes, c'est dj se faire tuer un peu.

On n'est jamais trs mcontent qu'un adulte s'en aille, a fait toujours une vache de moins sur la terre, qu'on se dit, tandis que pour un enfant, c'est tout de mme moins sr. Il y a l'avenir.

 

source A la lettre.com

 

 

L'arrive New York : une scne lgendaire de la littrature.

 

"Figurez-vous qu'elle tait debout leur ville, absolument droite. New York c'est une ville debout. On en avait dj vu des villes, et des belles encore, et des ports, et des fameux mme. Mais chez nous, n'est-ce pas, elles sont couches les villes, au bord de la mer ou sur les fleuves, elles s'allongent sur le paysage, elles attendent le voyageur, tandis que celle-l l'Amricaine, elle ne se pmait pas, non, elle se tenait bien raide, l, pas baisante du tout, raide faire peur."

 

Cline au bout de la nuit

Vous tes responsables de ce que vous crivez, sachez rester correcte. Merci de respecter la loi et les personnes.

Votre message -->

Classement
par date
croissante.
dcroissante.
Vous
inaugurez
ce forum,
flicitations.
Pseudo     Le 18-9-2021.   Titre  

 

Total des visiteurs  :    4137470   dont aujourd'hui :   133    En ligne actuellement :  2      Total des clics   16257911