Bonjour. visiteurs jour : 2503       Au président     Beauté santé     Infos loisirs     Ensemble      Jean      Informatique     Robert-Arlette     Santé corona


Un jour d'épaules nues où les gens s'aimeront (Louis Aragon)

A la poésie, l'art, la musique, la littérature, la sagesse, au romantisme,
toutes ces choses qui font que la vie vaut la peine d'être vécue !  
 

Un étoile est née : Ingrid Courrège, visitez son site.

 Accueil  articles  good_news  covid  musique  cinema  culture  classique  divers  ecolo  ecrivains  femmes  forum1  hommes  formulaire  martyrs  paix  poesie  politique  somr



 

Philippe Ignace Semmelweis le précurseur de l'hygiène dans les hôpitaux

Semmelweis précurseur de l'hygiène à l'hopitalPhilippe Ignace Semmelweis est un médecin obstétricien austro-hongrois qui œuvra pour l'hygiène. Il démontra l'utilité du lavage des mains après la dissection d'un cadavre, avant d'effectuer un accouchement.

 

Il démontra également que le lavage des mains diminuait le nombre des décès causés par la fièvre puerpérale des femmes après l'accouchement.

(Wikipédia l'encyclopédie libre)

 

En 1846, à l'hospice général de Vienne où officiait Semmelweis, la maternité avait été dédoublée en raison du nombre important d'inscrits. Les étudiants en médecine travaillaient sous la direction du Pr Klin dans le premier pavillon d'accouchement et les élèves sages-femmes sous celle du Pr Bartch dans le deuxième.

 

 

Assistant de Klin, Semmelweis vérifie dès son arrivée ce qu'à Vienne tout le monde savait: «On meurt plus chez Klin que chez Bartch.»

 

Des faits le troublent. À Vienne, les femmes qui accouchent chez elles sont moins exposées à la fièvre puerpérale que celles qui accouchent à la maternité. Autorisé à faire des recherches, il suggère que les sages-femmes du second pavillon soient échangées avec les étudiants du premier. Très vite, chacun constate que, désormais, on meurt moins chez Klin.  Bartch terrifié réclame le retour de ses élèves sages-femmes. Cette expérience a permis à Semmelweis de comprendre que le problème était à chercher du côté des apprentis médecins.

 

Klin désigne les étudiants étrangers comme responsables et ordonne leur expulsion. La mortalité baisse pendant quelques semaines.

 

Semmelweis lui imagine qu'il existe un lien entre les accidents mortels causés par les coupures cadavériques lors des séances de dissection et la mort des femmes en couches. les étudiants en médecine pratiquent la dissection de cadavres.

 



 

En 1847 son ami Jakob Kolletschka professeur d'anatomie décéda d'une infection après s'être blessé accidentellement au doigt avec un bistouri au cours de la dissection d'un cadavre. Sa propre autopsie révéla une pathologie identique à celle des femmes mortes de la fièvre puerpérale. Semmelweis vit immédiatement le rapport entre la contamination par les cadavres et la fièvre puerpérale et en conclut que c'étaient les étudiants qui, depuis la salle d'autopsie, apportaient sur leurs mains des particules de contamination. Il prescrivit l'emploi d'une solution d'hypochlorite de calcium pour le lavage des mains entre le travail d'autopsie et l'examen des patientes.

 

le lavage des mains diminue le nombre des décès causés par la fièvre puerpérale des femmes après l'accouchement de 12% à moins de 1,3%!

 

Le taux de mortalité chuta de 12 % à 2,4 %, résultat comparable à celui de la deuxième clinique.  
Il demanda que ce lavage à l'hypochlorite fût étendu à l'ensemble des examens qui mettaient les médecins en contact avec de la matière organique en décomposition et le taux de mortalité chuta alors encore, pour atteindre 1,3 %.

(Wikipédia l'encyclopédie libre)

Il étend ce souci de désinfection à l'aide de lotions chlorées à tous les instruments et à tout le matériel. Ces découvertes qui lorsqu'elles seront efficacement appliquées révolutionneront la médecine lui valent une haine et une jalousie presque universelles.

 

Semmelweis écrit dans toute l'Europe, mais ne reçoit guère de soutien. Après deux années d'expérience pourtant fructueuses, il est de nouveau relevé de ses fonctions.

 

En Hongrie, Semmelweis fut chargé de diriger la maternité de l'Hôpital Saint-Roch à Pest de 1851 à 1857. Sa politique de lavage des mains et du matériel y abaissa à 0,85 % le taux de mortalité due à la fièvre puerpérale, et ses idées furent bientôt acceptées dans toute la Hongrie. Il se maria, eut cinq enfants et se constitua une importante clientèle privée. Il occupa la chaire d'obstétrique théorique et pratique à l'Université de Pest. Vienne, lui resta complètement hostile. (Wikipédia l'encyclopédie libre)


 

Total des visiteurs  :    4820859   dont aujourd'hui :   2503    En ligne actuellement :  28      Total des clics_16777216