Bonjour. visiteurs jour : 3645       Au président     Beauté santé     Infos loisirs     Ensemble      Jean      Informatique     Einstein     Santé corona


Un jour d'épaules nues où les gens s'aimeront (Louis Aragon)

A la poésie, l'art, la musique, la littérature, la sagesse, au romantisme,
toutes ces choses qui font que la vie vaut la peine d'être vécue !  
 

Une étoile est née : Ingrid Courrège, visitez son site.

  Accueil - Articles - Covid-19 20 - Musique - Cinéma - Culture - Classique - Ecologie - Ecrivains - Femmes illustres - Les Hommes - Paix - Poésie - Plan du site -



   

Claudie Obin

Legrand récit du poète grec Homère : l'Iliade. La belle Hélène vient d'être enlevée et d'ici quelques jours, la guerre de Troie va éclater. Combats, ruses, intrigues alimenteront alors le feu de la discorde humaine. Les Dieux de l'Olympe, eux même, attisent perfidement les braises et sèment la zizanie parmi les hommes.


Claudie Obin - Les troyens, les grecs et les dieux.




Dialogues, 5 questions à Claudie Obin à l'occasion de sa venue au festival
de contes de Brest et sa région Grande Marée, en novembre 2009.


Une conteuse extraordinaire.

La mythologie n'est pas un conte mais un récit.

Sur le réseau Audiologique Mondial la suite de ces contes légendaires


Eblouis par la voix de Claudie Obin . T
ransmettez lui notre admiration, et parlez nous d'elle.
Que ceux qui la connaissent lui fassent un signe d'amitié
 
Sans la voix de Claudie Obin, jamais Médée ne serait venue dans cette rubrique. Médée la magicienne, Médée la tueuse, fratricide, infanticide, régicide, et toujours poursuivie par le malheur et abandonnée. La tragédie absolue. Une interprétation la présente comme une femme libre et étrangère, accusée à tord des malheurs de la population.
 

Médée

Dans la mythologie grecque, Médée (en grec ancien Μήδεια / Mếdeia, en latin Medea) est la fille d'Éétès, roi de Colchide. Elle est magicienne, comme sa tante Circé (ou sœur dans certaines traditions qui la font naître d'Hécate).

L'histoire de Médée débute avec l'arrivée des Argonautes en Colchide. Ceux-ci recherchent la Toison d'or sous le commandement de Jason. La Toison est détenue par le roi Éétès qui accepte de la céder si Jason accomplit certaines tâches apparemment impossibles.
 
Médée tombe amoureuse de Jason sitôt qu'elle le voit. Le héros convoite surtout l'aide providentielle que ses pouvoirs pourraient apporter, aussi il donne la réplique, promettant à Médée de s'enfuir avec elle et de l'épouser dès qu'ils seraient parvenus en Grèce. C'est ainsi que les Argonautes peuvent triompher des différentes embûches et conquérir la Toison d'or.
 
Furieux, le roi de Colchide Éétès, qui n'avait pas l'intention de laisser échapper la Toison, entreprend de les poursuivre. Médée favorise leur fuite en tuant son frère cadet Apsyrtos : selon une version de l'histoire, elle le tue et le découpe en morceaux, les dispersant, si bien que son père, à la poursuite des Argonautes, s'attarde à ramasser les fragments du corps ; dans d'autres versions, Apsyrtos est déjà adulte et mène lui-même la poursuite jusqu'au moment où Médée le tue.
 
 

Passage lu par Claudie Obin

 
De retour à Iolcos, Jason constate que Pélias a profité de son absence pour tuer son père et se débarrasser de sa famille. Médée met alors au point une ruse pour le venger : elle se présente au palais de Pélias comme une prétresse d'Artémis et devant les filles du roi, elle rajeunit un bélier en le faisant bouillir dans un chaudron avec des herbes magiques ; elle les persuade ensuite d'en faire autant avec leur père, mais elle leur donne des herbes sans aucun pouvoir, et les filles de Pélias causent malgré elles la mort de leur père.

Jason et Médée sont bannis d'Iolcos par Acaste, fils de Pélias ; ils se réfugient alors à Corinthe, où ils sont accueillis par le roi Créon. Mais Jason tombe amoureux de la fille du roi, Créüse, et il se marie avec elle, répudiant Médée de qui il avait pourtant deux beaux enfants, il lui fallait tuer pour oublier...
 
 
Médée se venge en tuant sa rivale, elle lui offre une robe magique qui la brûle ainsi que son père, puis incendie le château. Elle tue ensuite de ses mains lss enfants qu'elle avait eus avec Jason (Phérès et Merméros). De désespoir, Jason se donne la mort.

Médée, ménacée par les Corinthiens, s'enfuit et trouve refuge auprès d'Égée, roi d'Athènes : elle lui promet un fils, il accepte de l'épouser. Un enfant, Médos, naîtra effectivement peu après, pour qui Médée nourrira un destin royal ; cependant l'arrivée de Thésée (fils inconnu d'Égée) à Athènes bouleversera ses plans et la dressera contre le nouveau-venu. Après plusieurs tentatives infructueuses, Médée réussit à convaincre son époux que Thésée est un traître qu'il doit empoisonner. Le drame est évité de justesse, Égée reconnaissant son fils à son épée au dernier moment.

Médée doit fuir Athènes : elle rentre alors vers sa Colchide natale avec son fils Médos. Là, elle trouve sur le trône Persès, son oncle, qui avait détrôné son père après la fuite des Argonautes. Elle le tue et restitue le pouvoir à son père, Éétès.
 

Le mythe de Médée à Éleusis

Sur un cratère à volutes apulien du Peintre de Darius (ca. 340 av. J.-C. - 320 av. J.-C.), apparaît une variante du mythe selon laquelle Médée se serait rendue à Éleusis. Sur ce cratère aujourd'hui au musée de l'Université de Princeton, Médée se trouve dans le temple d'Éleusis comme l'atteste l'inscription ΕΛΕΥΣΙΣ ΤΟ ΙΕΡΟΝ. L'interprétation du vase par Arthur Dale Trendall laisse penser que, dans une tradition mythologique perdue, Médée n'aurait finalement pas tué ses deux enfants.
(cratère : Vase antique en forme de coupe muni de deux anses, où l'on mélangeait l'eau et le vin)

L'interprétation de Christa Wolf

L'auteur se réfère à des sources antérieures aux textes des Tragiques, et décharge le personnage de tout meurtre.
Médée est une femme libre et étrangère, qu'on accuse d'être une magicienne, dès que sa présence dérange.
La reine muette Mérope révèle à Médée le meurtre fondateur de la cité. Le caveau mortuaire caché contient un squelette d'enfant, celui d'Iphinoé, la première fille de Créon et Mérope, tuée sur l'ordre de Créon, qui redoutait son arrivée à la tête de la cité.
Cette révélation brise le silence, le faux oubli, la peur. La peste s'empare de la ville. Le peuple cherche un coupable et le trouve dans l'étrangère, vite bannie par Créon, et qui doit laisser ses enfants. Elle les confie à la déesse Héra, dans son temple. Le peuple les lapide, et accuse Médée de les avoir tués.

source : Annie Defourmantelle, La femme et le sacrifice, Denoël, 2007


Source : Wikipédia


vues  44074     En ligne actuellement :   32   Total des clics  16777216