Bonjour. visiteurs jour : 3528       Au président     Beauté santé     Infos loisirs     Ensemble      Jean      Informatique     Einstein     Santé corona


Un jour d'épaules nues où les gens s'aimeront (Louis Aragon)

A la poésie, l'art, la musique, la littérature, la sagesse, au romantisme,
toutes ces choses qui font que la vie vaut la peine d'être vécue !  
 

Une étoile est née : Ingrid Courrège, visitez son site.

  Accueil - Articles - Covid-19 20 - Musique - Cinéma - Culture - Classique - Ecologie - Ecrivains - Femmes illustres - Les Hommes - Paix - Poésie - Plan du site -



   

Chopin étude dite "révolutionnaire" jouée par Sviatoslav Richter (Op.10 No.12 in C Min.)

Richter commença l'étude du piano en autodidacte et avec son père, organiste et pianiste d'origine allemande, avant d'entrer au Conservatoire de Moscou.

 

La puissance de ses interprétations réside dans son énergie et dans son respect absolu des compositeurs qu'il interprète. Il est remarquable dans ses interprétations de Rachmaninov, de Prokofiev, de Ravel, de Chopin de Beethoven et paradoxalement de Schubert, faisant ressortir chez ce dernier une profondeur insondable.

Source Wikipédia : Sviatoslav Richter



Et Gyorgy Cziffra alors ?

Issu d'une famille hongroise de musiciens Roms (György Cziffra père était cymbaliste et a joué durant les années 1910 à Paris dans les restaurants et cabarets), il montre dès son enfance un don particulier pour la musique. Son père lui donne ses premières leçons de piano, et à l'âge de quatre ans, il reproduit à l'oreille ce que joue sa sœur aînée. À cinq ans, il donne son premier concert dans un cirque. Il est accepté à neuf ans dans la prestigieuse Académie Franz Liszt de Budapest.

Cziffra dans de nombreuses oeuvres, allait plus loin que l'interprétation, il s'est aussi prêté au jeu de l'arrangement, par exemple avec les Danses Hongroises de Brahms, dont il a fait beaucoup plus qu'une simple transcription pour piano à deux mains, ou encore avec Le vol du bourdon (extrait de l'opéra Le Conte du tsar Saltan de Rimsky-Korsakov).

On lui a reproché son excentricité, l'influence de son humeur sur son jeu lors de ses concerts et sa recherche d'un public populaire, avec le côté « classiques favoris » de ses récitals.  (Un ROM vous pensez !)

Son immense talent, sa virtuosité hors du commun, ont réussi à le propulser au premier plan, mais en dehors des chemins traditionnels. On peut légitimement le considérer comme l'un des plus grands pianistes du xxe siècle.

En 1966, il fonde le festival de musique de La Chaise-Dieu en Auvergne. Il est naturalisé français en 1968 et devient Georges Cziffra.

Source Wikipédia bien sur : Gerorges cziffra

  

 


vues  1     En ligne actuellement :   32   Total des clics  16777216