Non à la pensée unique ! Oui à la liberté

Bonjour     visiteurs jour : 208     Total clics   :   3696528


 


Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront (Louis Aragon)
A la poésie, l'art, la musique, la littérature, la sagesse, au romantisme et à toutes ces choses qui font que la vie vaut la peine d'être vécue !

Merci. Coucou et merci
 
Clics 1473

Jean R.

Au Président

Ce qui suit a été écrit avant l'élection de 2017, nous formons le vœu que notre Président Emmanuel Macron saura faire baisser le chômage et dynamiser notre industrie et qu'il lutera contre les guerres imbéciles dans lesquelles nous nous trouvons engagés, sources du terrorisme et de destruction des populations.

Nous sommes plein d’espoir.


Changer la vie



Préambule

La situation économique et sociale de la France se dégrade continuellement et de plus en plus rapidement de façon extrêmement inquiétante. Il en va de même pour un certain nombre de pays européens. Pour des raisons incompréhensibles, les dirigeants de la France, de même que ceux de l'Europe, semblent ne pas avoir conscience de la situation  et  font comme si de rien n'était.


Est-il possible qu'ils soient aveugles à ce point ?  De nombreux pays européens sont  ravagés par un chômage massif, des dettes exorbitantes, une insécurité croissante, des zones de non droit qui se multiplient, des conditions d’immigration et des difficultés d’intégration préoccupantes au plus au point, un risque terroriste permanent. Aucune  action d'envergure  n’est entreprise, ni au niveau des pays, ni au niveau de l’Europe. Tout cela serait-il voulu ? Nous en sommes réduits à espérer que non, à espérer que c’est une simple question d’incompétence de nos dirigeants, c’est quand même effrayant.


Tout cela est-il voulu ? Allez-y accusez nous de croire à la théorie du complot. Mais pourquoi parler de théorie, l’histoire nous renseigne sur l’existence de complots pour le pouvoir, de coups d’états, de tractations secrètes tout au longe des siècles, les complots ont toujours existé alors ? Machiavel nous explique que pour gouverner il faut manipuler les peuples, que les puissants utilisent des ruses « machiavéliques ». La mode est à l’invention de complots tous plus absurdes les uns que les autres pour ridiculiser toute personne alertant sur un comportement étrange. Tout est parti de la fameuse histoire des extraterrestres vers 1950 quand apparurent dans le ciel des objets volant non identifiés, les OVNI, des tas d’hypothèses furent évoquées dont les soucoupes volantes des extra-terrestres et puis un jour attirés par une forte explosion des personnes découvrir un cratère d’impacxt dans le sol des débris métalliques éparpillés et 3 ou 4 petits hommes verts.


L’enquête dura des années, les créatures furent examinées en laboratoire et il s’avéra qu’il s’agissait de singes rhésus dont ont avait tondu le pelage et peint la peau en vert. Il s’agissait d’un canular. Qui avait imaginé un tel canular ? Trente ans plus tard il s’avéra que les fameuses soucoupes volantes étaient les avions fusée de la série X, du X1 au X15 qui fut le premier à atteindre 70km d’altitude et préfigurait les satellites et que l’armée de l’air américaine avait fabriqué des leurs pour détourner l’attention de leurs essais secrets. Les petits hommes vert relevaient bien d’un complot, d’un complot pour protéger des secrets militaires.

Vers 1990 de nouveaux OVNI apparurent en Belgique, quelques années plus tard il fut confirmé que c’était des tests du bombardier furtif américain qui outre sa capacité de se déplacer à très grande vitesse n’apparaissait pas sur les écrans radar. Un nouveau model plus performant et ultra secret ayant été fabriqué comme pour le X15 cet avion furtif fut révélé au grand public.



Complot ou pas complot les politiciens qui nous gouvernent se contentent de  répéter comme des perroquets toujours les mêmes formules qui, depuis des décennies ont fait long feu. Ils s’obstinent à obéir aux injonctions européennes tout en nous affirmant qu’ils n’y peuvent rien qu’il n’y a pads d’autre choix.


Au début même ils critiquaient violement l’Europe, tout était de la faute de Bruxelles jamais de la leur et puis quand il a fallut créer une constitution européenne ils ont tout trouvé parfait mais le peuple a haussé le ton, la France a dit non au référendum. Pas de problème, ils ont passé outre, première preuve flagrante que nous ne sommes plus en démocratie.


En ces temps pré-électoraux pas de mot assez durs pour condamner les solutions différentes de celles éculées depuis 40 ans, époque de la première crise pétrolière, un mépris des électeurs effarant, une diabolisation de ceux qui veulent le changement, une agitation médiatique insensée qui tourne en boucle sur des affaires qui semblent sorties des placards pour la circonstance comme pour empêcher d’aborder les vrais sujets.


Naïvement nous avons décidé d'interpeller le futur président des français.  Mais il est évident que depuis 40 ans nos présidents sont « sans dent » face à la mondialisation et la haute finance. Ils subissent les ordres de Bruxelles et les paradis fiscaux implantés en Europe comme l’Irlande, le Luxembourg et quelques autres. Cette situation trouve se prémices en mai 1968 cette chienlit organisée par Daniel Cohn Bendit et ses amis pour dézinguer l’autorité du pouvoir, de Gaulle était devenu trop gênant sur la scène internationale, la France trop arrogante, trop indépendante. La première mesure concrète se passa sous Pompidou avec la loi dite Rothschild par ses adversaires, la renonciation de la France d’emprunter à taux avantageux à sa propre banque centrale. C’était la première soumission du Président de la France, la première dent qui tombait.


En fait c'est le peuple, ce sont les peuples qui devraient réagir et prendre leur destin en main les partis politiques soumis depuis longtemps par intérêt leur ont volé leurs destins.


Vaste programme, vains espoirs !  


Mais nous faisons notre cette devise de Charles le Téméraire, un autre Charles :

« il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer ».


Cette pensée, l'histoire a préférée l'attribuer à Guillaume d'Orange un type bien plus sympathique qui sauva les protestants des Pays-Bas d'une Saint-Barthélemy  à la française au moment des guerres de religion.



Trêve de bavardage.



Etat des lieux

Avant de commencer un bref état des lieux s’impose.

Le chômage

Il faut bien savoir que le chômage  ira croissant de façon inéluctable et la raison en est l'automatisation des tâches, l'informatisation, la robotisation. Le problème a été évoqué à Davos début 2016 mais est passé à peu près inaperçu.


Nous avons un exemple  édifiant avec l'agriculture. Regardez ce qui s'est passé en un siècle. La population des ouvriers agricoles et des petits exploitants a été divisée par 10 et peut-être plus.


Comme le chantait Jean Ferrat


Ils ont quitté un à un le pays

Pour s'en aller gagner leur vie

Loin de la terre où ils sont nés



L’agriculture avait fait un premier progrès technique en remplaçant la faucille par la faux puis elle connut sa révolution  mécanique avec les machines à vapeur équipant les batteuses et remplaçant le fléau. Puis les moissonneuses-batteuses les tracteurs les machines à ramasser les pommes de terre, vendanger le raisin et faire quantité de choses qui autrefois étaient faites à la main.

Qui aujourd’hui accepterait comme métier d’être un saisonnier et de battre le blé avec un fléau ? Pas les français, nos agriculteurs sont obligés de faire venir des étrangers pour le désherbage manuel ou la cueillette ou encore les vendanges.


L'immigration

Après la deuxième guerre mondiale au moment des trente glorieuses quand l'Europe se reconstruisit il y eut un grand besoin de main d'œuvre  et les entreprises allaient recruter des ouvriers dans les colonies. Après l'indépendance des colonies le système perdura il se trouve que les pays libérés ne furent pas tous capables de maîtriser leur économie et l'Europe représentait un attrait de premier ordre.


Depuis les choses ont bien changé.  L'Europe est entièrement reconstruite et les progrès technologiques, industriels, l’informatique permettent aujourd'hui de fabriquer la même chose qu’hier en mieux avec 4 fois moins de  main d'œuvre et bientôt 10 fois moins comme dans le cas de l'agriculture déjà évoqué.


Fatalement le chômage explose.


Il serait temps  de ralentir cette politique migratoire,  Qui d'ailleurs se fait de façon calamiteuse pour les intéressés qui doivent prendre des risques insensés pour venir chez nous puis se retrouvent entassés dans des cités de non-droit où le crime organisé est roi.


Ils prétendent faire cela dans l’intérêt de ces immigrés. Mensonge, en maintenant ses frontières fermées l’Europe force les migrants à payer à des passeurs dix fois le prix du voyage par les transports normaux et à prendre des risques mortels. En 2015 et 2016 des milliers se sont noyés en méditerranée. Les immigrés eux-mêmes ne sont pas dupes, ne soyez pas étonnés qu’ils haïssent les européens d’autant plus qu’à leur arrivée ils se retrouvent assistés financièrement certes mais à la merci des criminels et des marchands de drogue et l’éducation nationale française avec son principe d’égalité dévoyé et le collège unique incapable d’éduquer correctement leurs enfants ni même de les former à un métier qui embauche. Un enfant d’immigrés ne parlant pas la langue ne peut être à égalité dans les écoles françaises qui n’ont pas le droit d’adapter l’enseignement à la situation des enfants pour des raisons idéologiques. Un gâchis lamentable.


Cette politique migratoire  devra être en grande partie remplacée par une immigration encadrée et digne complétée d’une aide  au  développement des pays d'immigration qui soit prioritairement destinée à réduire leur niveau de chômage et les inégalités flagrantes qu’ils subissent.  Ce n'est pas en faisant venir le monde entier en Europe que  les problèmes seront résolu, au contraire c’est une façon détournée d’empêcher les autre pays de se développer.


On pourrait dire que l’enfer est pavé de bonnes intentions si ceux qui font venir les immigrés en masse avaient de bonnes intentions. Les naïfs peut-être mais ceux qui nous dirigent non, ils le font pour casser les salaires et maintenir un chômage élevé.


Le pouvoir des banques

Le pouvoir des banques n’a cessé de croître. Il fût un temps où elles nous demandaient de leur confier notre argent et le géraient gratuitement.

Ce temps est révolu, l'état a imposé le versement de nos salaires et pensions sur des comptes bancaires et les banques en profitent pour nous faire payer la gestion de notre argent ainsi qu’une multitude d'interventions qui autrefois étaient gratuites.

Avec l'invention de la carte de crédit qui a réduit les frais de gestion occasionnés par le  traitement des chèques elles ont trouvé le moyen de nous facturer ce service qui leur fait faire des économies et puis elles ont mis à la mode le découvert autorisé pour nous aider à boucler nos fin de mois difficiles, une façon de nous faire crédit à taux souvent  élevé.  Les durées de découvert sont très courtes, les intérêts paraissent négligeables, mais ils se répètent facilement 12 fois l’an, notamment pour les plus pauvres. Ils ont donc une raison supplémentaire de maintenir un chômage élevé et des salaires bas.


Comme disait nos arrières grands-parents les petits ruisseaux font les grandes rivières et les banques multiplient ces petits ruisseaux.


Aujourd'hui posséder un compte bancaire et une carte de crédit coûte entre 100 et 300 € par an, il en résulte un grand intérêt, sans jeux de mot, pour les banquiers à multiplier les comptes bancaires et l'immigration massive y contribue. Ceux qui nous gouvernent s’obstinent à augmenter sans cesse la population pour que les riches s'enrichissent toujours plus et tant pis pour la pollution des grandes villes qui fait vivre les grands laboratoires pharmaceutiques..


La dette

La crise financière de 2008 dite crise des subprime ou des crédits pourris à mis a genou l’économie de nombreux pays européens. Il y aurait beaucoup à dire sur cette crise venue de la folie des banques américaines qui pour gagner plus décidèrent de ruiner leurs clients avec des crédits qu’ils ne pourraient rembourser. Les banques se sont évidement protégées de tout risque en hypothéquant leurs biens immobiliers. Les risques et les taux d’intérêts élevés dus à ces risques étaient ainsi tous transférés au client.


Ces géants de la finance avaient finalement des pieds d’argile. Ils ne comprirent pas que quand ils auraient ruiné la moitié du pays et mis sur le marché les biens immobiliers correspondant plus personne ne pourrait les acheter. Il y aurait beaucoup à dire sur cette affaire, ne serait-ce que pour éviter que de telles folies se reproduisent.

Bref les pays Européens ont du se sur endetter pour sauver leurs banques. Et ce sur endettement à lourdement grevé leurs budgets. La France sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy était en cours de redressement, elle connu un arrêt brutal et le chômage reparti à la hausse. Le retour à l’équilibre est difficile. Il est à noter que les pays du Nord gèrent mieux leurs finances et savent ne pas vivre exagérément à crédit. La crise financière a accéléré un processus qui était inéluctable lié à la mauvaise gestion financière menée par les pays du sud.


Le rôle de la Banque centrale en France

Il faut savoir que le Premier Consul Bonaparte avait créé la Banque de France le 28 nivôse an VIII (18 janvier 1800) qu’ensuite il en avait pris le contrôle au titre de l’état et que  la France pouvait emprunter à sa propre banque à taux très bas jusqu'en 1973.


Les grands banquiers ont fait ce qu’il fallait pour que cette situation se termine.

La loi no 73-7 du 3 janvier 1973 a modifié le statut de la Banque de France et précisé les conditions autorisant l'État à emprunter à la Banque de France. Elle  est appelée « loi Pompidou-Giscard » ou « loi Pompidou-Giscard-Rothschild » .


Nous reprenons ci-après des extraits d’un article de Wikipedia de sorte de ne pouvoir être accusé d’affabulation :


Ces dernières années, la loi du 3 janvier 1973 est au cœur d’un débat sur l’endettement public et la création monétaire.


A l’occasion de l'entrée de la France dans la zone euro, dans le cadre du  traité de Maastricht, la loi Pompidou-Giscard de 1973 a été abrogée par la loi du 4 août 1993 à la date d'installation de la Banque Centrale Européenne.

(Le 4 août, anniversaire de l’abrogation des privilèges! Ici c’est un renforcement de ceux des banquiers!)


La France a en 2014 une dette de plus 2 000 milliards d’euros et a déjà payé plus de 1 400 milliards d’euros d'intérêts à ses créanciers depuis quarante ans qui sont à 65 % étrangers et en grande partie des banques privées et de gros clients des marchés financiers


Jusqu'en 1972, la Banque de France pouvait prêter à l’État sans intérêt l'équivalent de 10 milliards d'euros de 2015  puis autant à taux très faible. Au-delà, l'État devait emprunter sur le marché privé.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_janvier_1973_sur_la_Banque_de_France#de_Laubad.C3.A8re1973


Les violentes critiques de la loi no 73-7 du 3 janvier 1973 furent attribuées à l'extrême droite, elles relèveraient du complot et seraient antisémites du fait de la relation avec la grande Banque Rothschild. Dans le Monde un article concède << Curieusement, la dénonciation de la "loi de 1973" fait aussi florès au sein de la gauche radicale. Un document récent sur la dette diffusé par Attac et la Fondation Copernic, fait de cette loi une des trois causes principales de la crise actuelle. >>

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/12/29/la-loi-pompidou-giscard-rothschild-votee-en-1973-empecherait-l-etat-de-battre-monnaie_1623299_3232.html


Le Grand reproche qui est fait aux pays au sujet de leur endettement concerne évidement le montant de la dette qui ne devrait pas dépasser un certain pourcentage du budget annuel du pays et le déficit budgétaire qui aggrave mécaniquement le montant de la dette et accroit les difficultés de son remboursement.


Les grandes banques ont horreur des pays incapables de rembourser leurs dettes et sur ce point on ne saurait les blâmer. Un prêt est un acte de confiance. Les vraies questions sont de savoir comment les prêts sont négociés et accordés, elles sont escamotées. Ainsi vous ne saurez jamais comment la Grèce surendettée obtint un prêt gigantesque pour organiser les jeux Olympique de 2004. Le fait qu’une grande banque ait réussi à faire préalablement entrer la Grèce dans la zone euro rendant ainsi tous les pays de l’euro solidaires des dettes grecques n’est pas étranger à la démesure de ce prêt.


Quand Mélenchon vous dit que nous ne rembourserons jamais nos dettes il a raison. Il a raison mais il omet de dire que c’est en accord avec les banques qui ainsi transforme des intérêts en rente perpétuelle car il omet de dire que nous payerons perpétuellement des intérêts. Seul l’Island a su correctement gérer cette crise en renversant son gouvernement et en jugeant ses banquiers.


L’argument « l’Islande est un tout petit pays ce qu’ils ont fait n’est pas transposable » appel une remarque, oui c’est un tout petit pays qui n’intéresse pas les grands banquiers, peut-être est-ce pour cela que la justice peut y être appliquée et la monnaie en cas d’urgence dévaluée.


Contrairement à la croyance répandue il arrive que des États fassent faillite, que l'inflation dévore le pouvoir d'achat des salaires et des retraites, que le peuple se retrouve dans la misère. Nous avons un bel exemple avec la Grèce, certes elle n’a pas fait faillite grâce à l’euro  mais salaires et pensions ont perdu plus de 20 % de leur valeur ces dernières années. Demandez donc au peuple ce qu’il en pense. Une telle faillite est arrivée au Chili  vers 1990, faillite payée par le peuple durement pendant plus de 10 ans et aggravée par les fonds vautour qui refusèrent tout accord, protégés par les lois des Etats-Unis et dont il y aurait beaucoup à dire.


http://www.loretlargent.info/crise/monde-pays-faillite/4462/


Il faut toujours rembourser ses dettes, ne serait-ce que pour pouvoir continuer à s'endetter! L’endettement est une solution de facilité coûteuse chaque fois que son but n'est pas l'investissement productif qui rapportera un bénéfice. Tout le reste n’est que gaspillage.



Les guerres

En ramenant la France dans l’OTAN Nicolas Sarkozy a ramené en même temps les guerres. La guerre qu’il est allé faire à la demande de BHL et le soutien de l’OTAN à la Lybie. IL n’y est pas allé tout seul, le Président Obama pourtant prix Nobel de la paix y a participé.


C’était parait-il à l’occasion du printemps arabe, quel foutage de gueule ! Ce que l’occident à appelé le printemps était en réalité l’arrivée de l’hiver le plus rigoureux qui soit, la fin des libertés individuelles et le triomphe des extrémistes et intégristes musulmans. Ce fut un désastre humain, l’armement des rebelles et donc des futurs terroristes et la déstabilisation de la région. Tous les services secret le savaient, cette guerre ils en connaissaient les conséquences, elle n’a jamais été menée dans l’intérêt du peuple Libyen mais pour d’autres raisons, certaines raisons assez faciles à deviner et d’autres inavouables.


Comme une guerre ne suffisait pas François Hollande a repris le flambeau et est allé faire la guerre au Mali, cette fois pour la bonne cause il est vrai, cette fois en combattant les terroristes à qui la France avait donné des armes au moment de la guerre de Libye. Et puis en Centre Afrique. Nous ne critiquerons pas ces deux guerres où il s’agissait de protéger réellement les populations des terroristes mais nous attendons toujours l’aide de nos alliés et une solution définitive permettant de retirer nos troupes.


Et puis il y a eut les encouragements à l’opposition Syrienne pour l’inciter à déclencher une guerre civile. L’expérience désastreuse de la Libye ne suffisait pas, il a fallut qu’on aille se mêler de la situation en Syrie. L’Europe n’aurait jamais du soutenir les rebelles syriens, ils n’étaient pas assez organisés et trop divisés entre eux. Là non plus personne en occident ne s’intéressait au sort du peuple, un peuple qui vivait en paix dans un pays où les religions cohabitaient en paix.


Selon la stratégie appliquée habituellement les médias ont diabolisé Bachar el Assad, l’ont traité de dictateur sanguinaire et monstrueux. Les médias sont toujours prêts à assurer la propagande des puissants, ils le font de façon caricatural au point qu’il devient évident qu’ils nous prennent pour des cons, des demeurés, incapables de penser par nous même. Les peuples avec le chômage, la vie chère, la course à la consommation, les tracas administratifs à n’en plus finir, ont d’autres préoccupations en tête que la situation internationale alors c’est facile de les duper, mais à trop exagérer plus personne de nos jours ne croit aux médias à part ceux que cela arrange.


Puisque nous parlons des manipulations des médias c’est le moment de vous alerter sur leur comportement en période électorale. Ne perdez pas de vue que tous les grands médias sont la propriété soit de gens très très riches, soit même de multinationales ou grands groupes financiers. Alors pour l’objectivité il ne faut pas trop y compter.




Nous reviendrons plus en détail sur tous ces sujets.


A suivre

Au Président

Vos messages sont modérés.   Les visiteurs non inscrits ont leur pseudo préfixé par x_.   Merci de respecter la loi et les personnes.

Votre message -->

Classement
par date
croissante.
décroissante.
Vous
inaugurez
ce forum,
félicitations.
Pseudo     Le 27-6-2017.   Titre  

 

Total des visiteurs  :    930277   dont aujourd'hui :   208    En ligne actuellement :  7      Total des clics   3696528